Auteur Théâtre   textes auteurtheatre Contact   textes auteurtheatre Lire   textes auteurtheatre Droit Auteur   textes auteurtheatre Forum 

pièce de théâtre féminine rôle inspiré par Carla Bruni Sarkozy ?

Lire le début de la pièce demandez la suite si elle vous intéresse
Des vies après l’étape mannequin
Pièce éducative en un acte court
Distribution : deux femmes

Que vivre quand on fut une mannequin vedette ? On est qui, on est quoi à quarante ans ?
Ce que l’on a voulu ? L’aisance et la notoriété sont des buts ou des moyens ?

Deux personnages :
Une brune et une blonde, la quarantaine resplendissante, ex-mannequins, conversent. Rencontre fortuite ou rendez-vous ? Pièce meublée avec soin et goût qui peut être le salon d’un hôtel ou un salon officiel.
Ma première lectrice a osé demander si ces personnages étaient une projection de Carla B et Claudia S !


Acte 1

La blonde : - … Tu sais qu’il mettait la principauté à mes pieds. Et son père était d’accord.
La brune : - Je t’avais encouragée à refuser. On connaissait son passé. Tu en aurais souffert, de ses
besoins… sentimentaux. Mais quand même, aujourd’hui que je suis première dame, quelle rencontre
au sommet ça aurait donné !
La blonde : - Je t’avoue avoir été surprise de ton accord. Surtout en repensant à la manière dont tu
méprisais ce milieu.
La brune : - A cette époque, première dame, jamais je ne l’aurais imaginé. Même compagne de
ministre. Seuls m’intéressaient les acteurs et les rochers… oh le lapsus !… les rockers !
La blonde : - Alors, pourquoi ? comment s’est déroulée ta métamorphose mentale ?
La brune : - C’est une évolution finalement logique : les rockers et les acteurs sont de perpétuels
inquiets. Ils te rendent la vie impossible. Ils pensent tous détenir l’originalité la plus exceptionnelle.
Ils ne sont qu’adolescents attardés, assez ridicules même. On s’en lasse ! Toi aussi tu t’en es lassée !
La blonde : - Très rapidement même !
La brune : - Alors que les politiques ont une force, ils savent entraîner. Même à moins de 20%
d’opinion favorable dans les sondages, ils restent persuadés d’être l’homme qu’il faut à ce pays. Ils
m’épatent !
La blonde : - Et c’est ce qui te plaît ?
La brune : - A notre âge, nous avons fait le tour des hommes. On ne nous bluffe plus avec quelques
belles phrases et des diamants de dix carats. On regarde de haut ces dragueurs d’aéroports et
réceptions, on les laisse aux petites donzelles déstabilisées par trois galanteries et de vagues
promesses.
La blonde : - Le syndrome Ariane de Belle du Seigneur !
La brune : - J’ignorais que cela porta ce nom ! Je le replacerais ! Les rêveurs en public, on sait
comment ils se comportent en privé, passés les premiers jours d’euphorie de leur nouvelle conquête.
J’avais besoin d’un homme sur lequel m’appuyer, m’appuyer vraiment.
La blonde : - Tu semblais heureuse, pourtant, avec ton philosophe.
La brune : - Oui… Je l’ai été… Mais il me manquait quelque chose… le public je crois. Avant lui je
m’étais enfermées 24 heures, volets fermés et portable éteint, et j’avais pris ma décision : ce serait
un philosophe ou un politique. Mais j’avais encore besoin d’un vrai public. Donc ensuite ce fut une
décision évidente. Sa proposition a vraiment tombé à pic.
La blonde : - Tu en as quand même été surprise et flattée ?
La brune : - Naturellement, sa proposition n’est pas venue par hasard ! Les hommes sont de grands
enfants : ils pensent toujours qu’on leur dit oui alors que c’est nous qui les avons choisis.
La blonde : - Donc la version officielle est légèrement différente de la réalité ?
La brune : - Comme toujours !
La blonde : - Raconte !
La brune : - Il m’a invitée au restaurant quand un ami discret et efficace le lui a suggéré. Je ne t’en
dirai pas plus… il te suffit de regarder les récentes nominations pour deviner le nom de ce cher ami.
La blonde : - Je t’avoue avoir imaginé un scénario de ce genre quand la nouvelle m’est parvenue par
canal ex-mannequins !
La brune : - Ça reste entre nous, naturellement. Le peuple a besoin d’une version officielle où le
souverain est souverain même en amour !
La blonde : - Et maintenant ?
La brune : - Je souhaite vieillir au côté de mon mari.
La blonde : - Vraiment !
La brune : - Parfaitement ! Et toi ?
La blonde : - Je souhaite vieillir au côté de mon mari.
La brune : - C’est vrai !?
La blonde : - Bin oui, je suis bien comme jamais.
La brune : - Ça me fait plaisir de le savoir, je te pensais déprimée, on ne te voit plus dans les médias.
La blonde : - Pourquoi me montrerais-je ?
Voir La suite de la pièce pour connaître mieux cette ravissante brune et cette sympathique blonde.





Noter un avis un commentaire une information




Voir sujet précédent du forum
Si vous souhaitez aborder un autre sujet : Vous pouvez débuter un nouveau sujet en respectant le thème du site.

sur le forum : Comment devenir auteur de théâtre féminin donc devenir écrivain ?
LECTURE THEATRE de cette info.